Art et mode inclusive 20 février 2021

C’est mon look. Le défilé de Cap Loisirs, un regard rétrospectif

Écrit par César Barboza

Le monde de la culture et celui de la mode sont constamment à l’affût des nouveautés et des signes qui anticipent les prochaines tendances : une fuite en avant orientée par le calendrier des saisons.
Encré dans l’actualité, ce blog vous propose parfois de faire un pas de côté. Car si la mode inclusive est en phase de se généraliser, il nous tient à cœur de rendre hommage à ceux et celles qui l’ont anticipée, et de raconter leur histoire.
C’est le cas du défilé « C’est mon look » organisé en 2003 par la Fondation Cap Loisirs, résultat d’un travail de deux ans tout à fait pertinent avec les questions qui nous animent aujourd’hui.
César Barboza, animateur du Pôle Culture & Loisirs personnalisés, a fouillé les archives de la Fondation et a reconstruit cette expérience humaine, artistique et collective à l’occasion du Colloque Tu es canon organisé par ASA-Handicap mental le 24 septembre 2020.

Depuis 1980, la Fondation Cap Loisirs accueille et accompagne des personnes avec une déficience mentale dans différents types d’activités et de séjours, proposés tout au long de l’année.
Parmi les nombreux projets réalisés en quarante ans d’activité, celui démarré en 2002 sur le thème « La mode : vêtements et apparences » s’est révélé peut-être le plus ambitieux. Initialement prévu sous forme de résidence d’une semaine, chemin faisant il s’est transformé en programme de deux ans, comptabilisant six week-ends, un séjour de seize jours en été, et une semaine à l’automne 2003.

Quand le style questionne notre identité

L’idée de départ était d’offrir aux participants un espace privilégié d’expression artistique à travers la réalisation de leurs propres vêtements. Or ce thème a ouvert la porte à tellement d’enjeux symboliques qu’il a fallu revoir le dispositif. Les vingt participants ont été vite confrontés à un véritable questionnement identitaire : quel regard je porte sur moi, et quelle image de moi j’ai envie de donner aux autres ? Quelle est mon idée de beauté, d’allure, de style, de look ? De quelle manière les habits que je choisis ou je crée vont me représenter et me mettre en valeur ? Quelles réponses peut fournir la mode à cette quête identitaire ?
Pour répondre à ces questions, il fallait outiller les participants de connaissances autant théoriques que pratiques, les accompagner dans un parcours de découverte et d’expérimentation avec le coaching de professionnels issus de diverses disciplines. C’est ainsi que les moniteurs de Cap Loisirs ont recherché la collaboration de quatre stylistes et un couturier, un coiffeur et des maquilleuses, des comédiennes et des professionnels du mannequinat, un photographe et des artistes visuels. Pendant toute sa durée, le projet a été filmé par un réalisateur de la RTS, de manière à garder une trace visuelle des différents passages, et de pouvoir à la fin construire un récit [1].

Les codes de la mode : tout un apprentissage

Ce parcours de formation a commencé dans les salles du Musée d’art et d’histoire de Genève, où des visites commentées ont permis de décortiquer le style des tenues vestimentaires des statues anciennes ou des personnages historiques. Et s’est poursuivi à Paris, avec la visite de l’incontournable Musée de la mode au Palais Galiera, mais aussi des marchés des textiles pour apprendre à reconnaître la variété des matières, des ateliers des stylistes pour voir les corps de métier à l’œuvre, et des boutiques prestigieuses pour saisir la sublimation des produits dans la haute couture.

Autant d’inspirations, puisées aussi dans les magazines de mode, pour rechercher et définir son propre look, à travers le dessin de création à partir de silhouettes, par le portrait photographique, la pose et le mouvement, à la recherche d’un personnage à jouer ou d’une nouvelle image de soi à inventer.

Chaque atelier, un thème : stylisme, coiffure, maquillage, accessoires, posture, allure, défilé.  
Avec un grand spectacle dans le viseur : l’univers de la nuit représenté par différents tableaux. 

Le passage du projet à la réalisation a mobilisé les compétences manuelles des participants à travers la coupe et la couture, pour maîtriser le processus de confection d’un habit de A à Z : choisir un tissu, faire un patron, coudre, ajouter les accessoires. Puis s’approprier de la scène, se préparer au regard du public, gérer le trac.

Pas à pas, les vingt participants ont développé leur propre esthétique, affirmé leurs choix et leurs goûts. Pendant qu’ils et elles dessinaient leurs modèles, des nouvelles identités voyaient le jour. Ils et elles devenaient des véritables «ambassadeurs.trices du changement » dans leurs institutions et dans leurs familles.

Pour mesurer l’impact de ce changement il faut rappeler que ces personnes prenaient pour la première fois en main leur image, grâce aussi aux séances de maquillage ou chez le coiffeur. Si jusque-là l’allure et les choix vestimentaires avaient été uniquement dictés par le confort et la praticité, un univers de possibilités s’ouvrait enfin, permettant de devenir la personne qu’on rêvait d’être, modifier son apparence, s’inventer et réinventer de manière joyeuse.

Le documentaire de Claude Schauli nous a consigné l’atmosphère excitante du défilé, l’énergie extraordinaire des modèles et l’enthousiasme du public. Cette soirée mémorable s’est clôturée par une ovation qui a rendu hommage à la créativité, à la fierté et au bonheur contagieux de tous les participants.

Adaptation : Teresa Maranzano

[1] Le documentaire « C’est mon look » de Claude Schauli a été présenté dans l’émission Temps Présent de la RTS et ensuite diffusé par TV5 dans toute l’Europe. Le DVD est disponible sur demande à la Fondation Cap Loisirs.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles qui peuvent également vous intéresser